Bienvenue

Bonjour et bienvenue à vous qui visitez ce blog.
Vous y trouverez les expériences de mes quelques années de "jardineur" !   

Depuis ma plus tendre enfance, la terre est ma passion.  

C’est pour cela qu’elle  m’invite à venir la travailler, la comprendre, la respecter.  

C’est dans cet esprit que nous entrons dans « ce jardin » !


Ce jardin à la campagne est à la fois une terre nourricière,  

un havre de paix, un lieu de ressourcement et de plaisir. 

Alors, sans plus tarder, bonne visite ! (Si vous souhaitez agrandir les images, cliquez dessus !)
Hubert

mercredi 6 septembre 2017

16- L'arrosage pendant la période estivale



Bonjour,

Suite à de nombreuses demandes de votre part, je vais aborder avec vous, dans cet article, l’arrosage pendant la période estivale.

Tout d’abord quelques réalités :

-    1 litre d’eau réparti sur 1 m² de terre, représente 1 mm de pluviométrie (de pluie).
-      Pour produire 1 kg de matière sèche, les végétaux consomment entre 300 et 600 litres d’eau.
-     Toute l’eau présente dans le sol, n’est pas entièrement disponible pour les plantes. En effet une faible quantité fait partie des éléments constituants du sol.
-    Dans un sol très asséché, la totalité de l’arrosage ne servira donc pas entièrement aux besoins hydriques des cultures.

Ensuite quelques principes simples et efficaces pour un bon arrosage au potager :

-       Premier principe : Il est préférable d’arroser moins souvent mais en apportant des quantités plus importantes d’eau. 
 On peut considérer qu’en période chaude et sèche, l’apport en une seule fois de 30 à 35 litres d’eau par m² (l’équivalent de 35 mm de pluie) couvre les besoins en eau d’une culture en pleine production pour une quinzaine jours environ. 
   


   Cela représente 3 arrosoirs de 12 litres par m².




-   Deuxième principe : Ne jamais faire un arrosage sur un sol nu. En effet, l’action mécanique des gouttes d’eau de l’arrosage va déstructurer (détruire la structure sur) les premiers millimètres du sol. Une croûte compacte et imperméable va se former. L’eau, lors des prochains arrosages, et l'air pourront difficilement pénétrer dans le sol. 





  Une couche de terreau ou un léger paillage doivent être présents lors d’un arrosage.





-   Troisième principe : arrosage et paillage (couverture du sol) vont de paire. Pour la raison évoquée ci-dessus, mais aussi pour que le paillage limite au maximum l’évaporation de l’eau liée à un sol chaud et aux effets des rayons du soleil. Grâce à cela, la majeure partie de l’eau de l’arrosage servira à la croissance de la culture en place.

-    Quatrième principe : retirer une partie du paillage lors des arrosages pour que l’eau pénètre profondément dans le sol. Dans le cas contraire, si nous gardons l’intégralité du paillage lors de l’arrosage, l’eau servira à humidifier ce paillage et non la terre.

-    Cinquième principe : arroser le soir pour   éviter une évaporation prématurée de l'eau apportée, due aux fortes chaleurs. L'arrosage du soir permet à l'eau de pénétrer dans le sol pendant toute la nuit. Le lendemain matin, les racines des plantes disposent d'une quantité d'eau nécessaire pour une bonne croissance. Il n'y a donc pas de choc hydrique, dévastateur pour les plantes en plein été.

Pour ma part, j’utilise du compost déposé sur le sol, recouvert d’une bâche tissée. Elle me sert de paillage et lors des arrosages, l’eau la traverse et arrive sans difficulté au niveau sol en profondeur.








Certains utilisent le système du « goutte à goutte » pour l’arrosage. Cela n’enlève en rien les bénéfices du paillage.

                                   
                                                                                                      Hubert



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire